;

r

THE UNIVERSITY

OF ILLINOIS

LIBRARY

5 05.7

eaa

,tn 0-175

i';.: iRAL

c#

Digitized by the Internet Archive

in 2011 with funding from

University of Illinois Urbana-Champaign

http://www.archive.org/details/generainsector170173wyts

Genera Insectorum

FASC. CLXX-CLXXIII

Genera

Insectorum

PUBLIES PAR

P. WYTSMAN

>x -

FASCICULES CLXX-CLXXIII

170. Orthoptera, Fam. Acridiidse, Subfam. Pamphaginse, par I. Bolivar.

171. Orthoptera, Fam. Locustidae, Subfam. Mecopodinae, par A. N. Caudell.

172. Coleoptera, Fam. Cerambycida?, Subfam. Prioninae, par A. Lameere.

173. Coleoptera, Fam. Staphylinidpe, Subfam. Aleocharinae, par A. Fenyes.

BRUXELLES

V. VERTENEUIL & L. DESMET

IM PK 1 M EL' RS- ÉDITEURS igiq - I92I

THE UBRfcft'f

OF THE

UWEASITY OF IlLW«

ORTHOPTERA

FAM. ACRIDIIM

SUBFAM. PAMPHAGIN/E

^x

- v "v 3

/v . /- ' . L

ORTHOPTERA

FAM. ACRIDIIDÄi

SUBFAM. PAMPHAGINJE

par Ignacio BOLIVAR

AVEC I PLANCHE NOIRE

es Pamphagiens sont des insectes lourds, à coloration grisâtre ou rougeàtre, mimétique avec le sol, aussi avec lui ils se confondent, de même que par les téguments rugueux ou sableux. Leur corps étant assez volumineux et les pattes postérieures, quoique fortes, ne l'étant pas en proportion du corps, ils sont loin d'avoir la facilité de mouvement qu'ont les autres insectes de cette famille. Leurs allures sont gauches et leurs sauts ne leur permettent guère de se déplacer beaucoup de l'endroit ils se trouvent; ils manquent aussi d'ailes pour s'en éloigner. Ces habitudes changent légèrement pour les quelques espèces ailées de l'Afrique méridionale, mais seulement pour les mâles, car les femelles sont partout aptères, à l'exception du genre Adephagiis, Saussure, dans les vrais Pamphagiens. et du genre Cephalacris, Bolivar, dans les Pamphagodes.

La tribu des Pamphagiens, quoique petite, est très interessante et peut se distinguer des autres tribus par les caractères suivants :

Caractères. Corps lourd, à surface presque jamais lisse; tète verticale à vertex large entre les yeux, formant en avant de ces organes un écusson plus ou moins saillant à bords en général bien délimités ou carénés se réunissant en avant, mais laissant une fissure qui se continue avec le sillon de la côte frontale. De chaque côté de l'écusson du vertex on voit une fossette supra-oculaire deforme triangulaire, ouverte en arrière. Côte frontale comprimée d'abord entre les antennes, sillonnée, ses carènes latérales se continuant avec celle du vertex. Les ocelles en général placés loin des bords du vertex. Antennes composées presque toujours de douze à dix-huit articles, mais très variables par leur forme, elles sont filiformes ou presque moniliformes ou dilatées à la base jusqu'à être même ensiformes; dans ce dernier cas, on arrive à distinguer, outre les articles basilaires, Yensicuhis ou partie fortement dilatée, la partie intermédiaire et \e flagellant ou portion filiforme terminale.

■4^

2 ORTHOPTERA

Le pronotum est en général tectiforme, plus ou moins comprimé, manquant de carènes qui délimitent le dos des lobes latéraux; ces carènes peuvent pourtant être représentées par des rides longitudinales qui n'existent pas toujours dans les individus d'une même espèce; elles sont, par exemple, bien représentées dans Euryparyphes sitifensis Brisout, mais dans les autres Euryparyph.es elles existent dans certains individus et manquent dans d'autres, ce qui a été un motif de confusion pour la distinction des espèces. La crête dorsale peut être parcourue dans toute sa longueur par une ligne imprimée très fine qui peut se changer en un vrai sillon longitudinal, comme chez le Nocarodcs Gotvendkus Bolivar, dont la crête pourrait être définie comme étant double. Ceci pourrait-il être l'origine de la double crête qui parcourt le pronotum des Pamphagodes? Dans cette section, les deux carènes dorsales sont séparées par un large sillon d'au moins un millimètre de largeur. Un autre carac- tère à observer dans la crête est sa relation avec le sillon typique du pronotum. c'est à-dire celui qui établit la séparation entre la partie antérieure du pronotum ou prozone et la postérieure ou métazone i); cette relation établit une différence facile à saisir entre les Pamphagiens paléarctiques et les vrais afri- cains ; chez ceux-là le sillon typique est placé au milieu ou avant le milieu du pronotum, du moins chez les mâles, plus en arrière chez les femelles; il y a donc un dimorphisme notable quant à la proportion des deux parties du pronotum dans les deux sexes; cela ne se voit pas dans les Pamphagiens paléarc- tiques, qui n'offrent pas de différences sous ce rapport entre le mâle et la femelle, tous deux ayant la métazone très petite, formant en général le quart de la longueur totale du pronotum. Le second carac- tère se rapporte à ce que la crête soit ou non entamée par le sillon; elle l'est toujours dans toutes les tribus moins chez les Sigri et les Nocarodes, dans lesquels on voit le sillon de côté et d'autre du prono- tum s'arrêter sans arriver au sommet de la crête, qui reste entière; cela s'observe parfois aussi dans Lamarckiana et d'autres genres des Porthetis, mais ces genres appartiennent à la série dont le sillon est placé d'une façon différente dans chaque sexe. Parfois la crête est profondément échancrée par le sillon comme dans Adephagns ou Akicera, mais en général l'échancrement est très léger. Il y a des espèces qu'on pourrait considérer comme rentrant dans la limite de ce caractère, tels que Pamphagus elcphas, dont le sillon n'arrive pas à entamer la crête, à moins que l'on ne considère Pamphagus déplias et marmorahts comme étant une même espèce, car dans l'espèce sicilienne, c'est le contraire qui a lieu, et dans Eurypa- ryphes Vaucherianus, dont certains individus ont la crête presque entière. Le pronotum fait du reste, en général, saillie en avant sur la tête, de même qu'en arrière sur le reste du thorax, comme chez la plupart des Porthetis; mais dans les autres sections le pronotum peut être tronqué ou même sinué en arrière; les bords postérieurs sont plus ou moins obliques et parfois ils avancent plus ou moins sur le point d'insertion des élytres.

Le prosternum est strumeux, son disque est plus ou moins élevé et parfois pourvu de granules ou de petits tubercules ; cette élévation, qui peut se convertir en un gros tubercule à l'instar des vrais Acridiens, se joint au bord antérieur qui est réfléchi en forme de lame, tronqué ou sinué; d'autres fois la boursouflure du disque disparaît et il ne reste que le bord relevé et pourvu d'une dent au milieu (Nocarodes). La lame sternale varie selon la forme du thorax, elle peut être allongée ou être presque carrée et ses lobes varient par leurs proportions et leur forme.

Les élytres arrivent à atteindre un développement suffisant pour permettre le vol, mais dans les mâles de quelques genres exotiques seulement; les formes paléarctiques n'offrent pas de différences quant au développement des organes du vol, et quand ces formes sont ailées elles sont pourvues tout au plus d'élytres en forme de spatule à peine assez longue pour couvrir les tympans de l'abdomen ; les

il On sait que dans le pronotum on peut distinguer trois parties : la prozone, la mésozone et la métazone, bien qu'ordinairement pour les Orthoptères on désigne sous le nom de prozona toute la partie antérieure formée par la vraie prozone et la mésozone, c'est à dire toute la partie située en avant du sillon typique.

KAM. ACRIDIID^: -8

ailes manquent tout à fait. Les Pamphagiens ailés de l'Afrique ont une vénulation spéciale dans le champ antérieur de Félytre, la veine mé'diastine se divisant à son extrémité en plusieurs branches qui s'étalent en forme d'éventail, se continuant vers le bord antérieur de l'élytre par d'autres veines semblables: les ailes peuvent aussi être bien développées et leur champ antérieur est saillant et séparé du reste de l'aile par un sinus bien marqué.

11 est à remarquer que les organes du vol, élytres et ailes manquent tout à fait chez les femelles des espèces qui, dans l'autre sexe, sont mieux douées sous ce rapport, ainsi chez Lamarchana, Saussureana, Porlhetis, Iloploloplia, etc., qui, ayant des mâles bien ailés, ont des femelles tout à fait aptères, manquant même des rudiments d'élytres qui existent dans les femelles des Pamphagiens d'Europe, et par contre ces Pamphagiens européens qui ne possèdent pour tous organes du vol que des élytres spatuliformes, courts, latéraux, ne dépassant pas en général le premier segment abdominal, ont des femelles qui ne diffèrent pas, sous ce rapport, des mâles, les organes du vol ayant le même développement dans les deux sexes. Cela étant contraire à ce que l'on pourrait s'attendre, d'après les rapports entre les organes du vol dans les deux sexes d'une même espèce chez les Orthoptères, est l'une des particularités les plus intéressantes de l'organisation de cette tribu. En effet, aux mâles bien ailés dans la gradation atrophique des organes du vol devraient correspondre des femelles à ailes plus ou moins atrophiées et à élytres rudimentaires, et aux mâles, ces organes seraient rudimentaires, devraient correspondre des femelles tout à fait aptères.

Les pattes sont en général courtes et les fémurs postérieurs offrent de très grandes variations dans leur forme et leur sculpture, permettant la distinction de certaines espèces douteuses sous d'autres rapports; les carènes, supérieure et inférieure, peuvent être très comprimées et élevées, notamment la première, et leurs bords rarement lisses sont presque toujours serrulés, dentés ou épineux; les fémurs du côté intérieur, ainsi que les jambes postérieures, sont les seules parties de l'animal qui puissent offrir de vives couleurs, rouge ou bleu, et même l'une et l'autre à la fois. Les jambes postérieures sont fortes, avec de grosses épines, formant deux séries longitudinales le long du coté supérieur; ces épines peuvent être en nombre égal ou inégal dans les deux bords; l'épine apical externe ne manque que par exception. Les tarses sont pourvus d'une pelote (arolia) déprimée et assez grande, excepté dans la section Finotiae, qui en possède une très petite et comprimée.

L'abdomen est gros, cylindrique et plus ou moins caréné en dessus; sa surface est, en général, raboteuse ou rugueuse et la carène dorsale, plus accusée dans les premiers segments, peut se prolonger en arrière en une dent plus ou moins accusée. Le tympan fait rarement défaut, mais cela se voit cepen- dant chez certains Nocarodes.

Distribution géographique. Les Pamphagiens ont une distribution géographique très remarquable, étant limités à l'Afrique, aux parties les plus méridionales de l'Europe, la Syrie et la Perse. On ne connaît pas de Pamphagiens dans le reste de l'Asie, ni en Océanie, ni en Amérique. Mais, malgré cette aire si restreinte, on peut distinguer deux faunes diverses de Pamphagiens : une que l'on pourrait considérer comme paléarctique, comprenant les espèces du nord de l'Afrique, au-dessus du Sahara, et de l'Europe méridionale, à formes moins développées, avec le corps moins rugueux et des fémurs postérieurs à peine dentés dans leurs carènes et dont les élytres sont toujours rudimentaires et latéraux, en forme de spatule dans les deux sexes, manquant toujours d'ailes ou aptères dans le mâle comme clans la femelle, et les vrais Pamphagiens africains, à formes en général bien plus grandes, à corps raboteux ou fortement rugueux, avec les carènes des fémurs postérieurs épineuses et fortement dilatées, ayant des mâles à organes du vol (élytres et ailes) en général bien développés et, par contre, des femelles totale- ment aptères, ou bien de formes tout à fait aptères dans les deux sexes. Dans les premiers, le sillon typique du pronotum est placé vers la moitié du pronotum et même en avant chez les mâles et plus en

4 ORTHOPTERA

arrière chez les femelles, et il n'entame la crête dorsale que par exception, Saussitytaiia ; dans les paléarc- tiques au contraire, le sillon typique est toujours en arrière dans les deux sexes, la métazone formant en général le quart du pronotum. La faune africaine s'étend aussi en partie en Syrie et en Perse ou est représentée par le genre Tropidauchen, Saussure.

Tous ces Pamphagiens se ressemblent au point de pouvoir les désigner sous la dénomination collective de Pamphagiens normaux, car il existe d'autres formes plus ou moins disparates, dont quelques-unes ont fait partie d'autres tribus avant d'arriver à être placées dans celle-ci. Tels sont les Pamphagodes que Stâl avait placés parmi les Pyrgomorphiens, ainsi que moi-même en suivant cet illustre auteur, mais dont Karsch et de Sa ussu re ont révélé les vraies analogies. Une autre tribu anormale est celle des Schinzise, dont on doit la connaissance au savant orthoptériste genevois Henri de Saussure.

En dehors de ces deux groupes, dont j'ai fait l'objet d'autant de sections, j'ai cru pouvoir distin- guer d'autres sections, ainsi les Adephagi et les Akocerœ à crête entamée profondément par le sillon typique, mais appartenant aux Pamphagiens africains, et les Nocarodes et les Finotiae se reliant aux paléarctiques par la position du sillon typique du pronotum, et enfin les Sigri, dont la position est pour moi incertaine, n'étant connus du reste que par une seule forme africaine par son habitat, mais parais- sant plutôt paléarctiques par leurs caractères.

Avant de finir, je crois devoir faire une remarque : c'est en vain que l'on chercherait dans ces pages le genre Pamphagella Voeltzkow; n'étant arrivé ni par la description, ni par la figure à lui trouver une place convenable parmi les Pamphagiens, je préfère ne pas m'en occuper. On pourra, du reste, consulter la description originale « Reise in Ostafrika in den Jahren igo3-igo5, Wissenschaftliche Ergebnisse, Band 2, Syst. A ib. Heft 5, p. 629-630, f. 8 (ig 10) (îles Comores) ». De même pour Stauroiylus, Adelung, * Hör. Soc. Ent. Ross. Bull. 3g, p. 52S-358 (igog-igio) -, dont l'auteur a rectifié la position, comme prochaine de Haploiropis, Saussure, que je considère, avec de Saussure, comme appartenant aux Oedipodiens; et enfin, le nom Noilnodes, qui doit disparaître, ayant été employé par erreur, au lieu d'Eituolhioles.

Bibliographie. Les Pamphagiens ont été l'objet de divers mémoires l'on pourra étudier le développement progressif de leur systématique, outre les travaux dans lesquels les espèces ont été décrites.

Les premiers, par ordre chronologique, sont :

1S73. Stal, H., Recensio Orthopterorum, Vol. 1. p. 21-26, Stockholm.

1S76. Observations orthoptérologiques (2), p. 28-34, Stockholm.

1878. Bolivar, L, Analecta orthopterologica, in Ann. Soc. Esp. Hist. Nat. t. 7, p. 42g-43g et 451-452,

Madrid. 1882. Brunner von Wattenwyl, C, Prodromus der Europaischen Orthopteren, p. 186-212, Leipzig. 1887. de Saussure, H., Tribu des Pamphagiens, in Spicilegia Ent. Genavensis 2, Genève. 188g. in Voeltzkow, Wissenschaftliche Ergebnisse der Reisen in Madagaskar und

Ost-Afrika in den Jahren i88g-i8g5, p. 647-656, Frankfurt a/M. 1912. Bolivar, L, Los Panfaginos palearticos, in Trabajos del Museo de Cienc. Nat. (6), p. i-32.

Madrid.

Le reste des ouvrages sera indiqué au fur et à mesure que les espèces seront signalées; ces indi- cations bibliographiques ne comprendront en général que la citation de l'ouvrage l'espèce a été décrite pour la première fois.

FAM. ACRIDI1D.E

TABLEAU DES SECTIONS

i. Caput pronotiimque carinis duabits ehvatis, 'paralhlis, percurrentibus.

Femora postica laevia, in area exlerno-media régularité/ pinnata . . i . Sectio Pamphagodes, p. 6. i. Caput supertie carinis marginalibus veiticis, curvatis retrorsum conver-

gentibus. Pronoiiim iediforme vel subcylindriciim, medio unicarina-

titm (carina plerumque linea longitudinali sub/Hi, impressa). Femora

postica rugulosa vel granosa vel punctata ; area externomedia areolata

vel irregular iter pinnata. 2. Pronotum supra teres, subtiliter carinatum, in dorso tuberculos gerens . . z. Sectio Schinzi.e, p. 8.

2. Pronotum tectiforme ; crista dorsali percurrenti, intégra vel a sulco tvpico

intersect a .

3. Pronotum sulco typico in ç? semper ad medium vel ante medium, in Qpterum-

que pone medium exarato. Femora postica compressa, carina dorsali serrata, dentata vel spiuosa .

4. Crista pronoti prope medium profunde excisa. Elytra alaeque perfede expli-

cata vel in Q elytra abbreviala, lateralia, alae uullae.

5. Elytra alaeque cf $ perfede explicata. Frontis carinis lateralibus ante

oculos furcatis 3. Sectio Adephagi, p. 10.

5. Elytra alaeque in c? perfede explicata, in Q alae nullae elytra- abbreviala

lateralia. Frontis carinis lateralibus simplicibus 4. Sectio Akîcer.e, p 11.

4. Crista pronoti a sulco typico hand vel laeviler mterrupta. Mares plus

minusve alati, feminae apterae. Corpus gravidum granosum vel rugosum.

Femora postica carinis serratis vel spinosis 5. Sectio Porthetis, p. 12.

3. Pronotum sulco typico çf et Q prope marginem posticum exarato, propter hoc metazona quam prozona tertia vel quarta parte breviora. Femora postica minus compressa, carinis raro compresso-dilatatis et serratis, plerumque humilis, serrulatis vel sub laevibus. Alae nullae. Elytra çf Q aeque explicata, abbreviata, lateralia vel nulla.

6. Crista pronoti a sulco typico hand inter secta. Prosternum disco sublaevi.

margine antico plerumque reflexo, clevato.

7. Corpore elongato, aptero. Presternum margine antico hand reflexo. Tibiae

posticae in margine externa spina apicali nulla 6. Sectio Sygri, p. 21.

7. Corpore brevi, aptero vel tantum elytris brevissimis, lateralibus. squamaefor-

mibits. Prosternum margine antico reflexo, plerumque in medio dente

instructo 7. Sectio Nocarodes, p. 22.

6. Crista pronoti a sulco typico distincte intersecta 1). Pronotum tubercule discoidali laevi vel denticulate ad marginem anticum cognatum cum margine confuso.

8. Corpus compressum. Abdominis tympanum apertum . Arolia inter ungues

tarsorum majuscula, perdistincta 8. Sectio Fampiiagi, p. 25.

5. Corpus subdepression. Abdominis tympanum clausuni. Arolia inter ungues

tarsorum minuta, compressa 9. Sectio Finotii:, }>. 35.

i] Les seules espèces ce caractère arrive parfois à disparaître lins certains individus sont le Pampkagus elephas eXVEuryparybhesVaucherianus Saussure; mais ces espèces, comme tous les Pamphagïens, se reconnaissent à la forme du tubercule prosternai, qui est gros et discoid il.

ORTHOPTERA

I . SECTIO PAMPHAGODE S

Caractères. Taille médiane ou plutôt petite. Corps presque lisse à couleur jaune, orné de taches ou bandes fauves ou brunes. Tète très grosse, saillante, à front un peu oblique, parcourue par une côte frontale comprimée entre les antennes, un peu saillante en cet endroit, et élargie en avant à partir de l'ocelle médiane jusqu'à l'épistome, le vertex étant convexe et parcouru jusqu'aux bords du fastigium par deux carènes saillantes et parallèles avec le fastigium déprimé et saillant en avant des yeux, fendu au bout, cette fissure se continuant avec le sillon de la côte frontale. Yeux oblongs, obtu- sément appointis du côté supérieur et placés un peu obliquement. Antennes étroitement ensiformes ou triquètres et même filiformes. Pronotum quelque peu cylindracé transversalement, tronqué en avant, parcouru dans toute sa longueur par deux côtes presque parallèles, très élevées, coupées seulement par le sillon transverse postérieur; le bord postérieur tronqué ou même sinué dans les femelles et prolongé dans les mâles connus, et parfois aussi dans certaines femelles en un lobe très long et plus ou moins aigu ; de chaque côté le pronotum présente une carène assez grosse qui paraît délimiter les lobes laté- raux par le haut et qui s'étend du bord antérieur au postérieur. Elytres bien développés, ainsi que les ailes, dans les deux sexes ou seulement dans les mâles, la femelle possédant seulement des élytres très courts, latéraux, qui ne dépassent pas le premier segment de l'abdomen. Presternum muni d'un gros tubercule en général transverse et sinué à l'extrémité. Plastron sternal très étroit et marginé en avant, les lobes mésosternaux étant transverses ou triangulaires, plus ou moins séparés intérieurement, ainsi que les métasternaux. Pattes courtes, simples, les fémurs antérieurs n'étant pas comprimés et avant l'aire interno-médiaire régulièrement pennée et les carènes non élevées; les jambes postérieures portent des épines régulièrement disposées le long de leurs bords supérieurs, au nombre de dix du côté exté- rieur et neuf seulement dans l'interne, y compris l'épine apicale qui existe dans les deux bords. Tarses courts. Lame supraanale longue dans la femelle, sillonnée au milieu longitudinalement et partagée transversalement au milieu par un faible sillon.

Toutes les espèces appartiennent au Sud de l'Afrique, à l'exception du seul Pampliogodes riffensis, Bolivar, qui vit dans le Rif, au Maroc.

TABLEAU DES GENRES

i. Scxus consimiles. Pronotum postice productum. Elytra alaeqite

per f tek ex plicata i. Genus Cephalacris, Bolivar, nov. gen.

1. Sexus dissimiles. Pronotum postice in mare productum (i) in

femina truncatum vel excisum. Elytra in mare perfecte explicata, in femina abbreviata, lateralia. Alae in mare explicaiae, in femina nullae.

2. Caput super ne carinis duabus parallelis percurrentibus instruc-

tion. Antennae auguste triquetral Prosternum tuberculo

transverso armât um 2. Genus Chartlaus, Stâl.

2. Caput super ne carinis tribus parallelis percurrentibus instr ac- tum. Antennae filiformes. Piosleruum tuberculo sube- longato 3. Genus Pamphagodes, Bolivar.

i) Le 3 du Pamphagodes étant inconnu ce caractère reste douteux pour ce genre.

FAM, ACRIDIID/E

I. Genus CEPHALACRIS, nov. gen.

Charilaus. Karsch, Stett. Ent. Zeit. Vol. 5y, p. 273, f. 12 (1896) (baud Stâl).

Caractères. " Corpus crassum. Caput magnum, exsertum. Vertex convexum, carinis duabus, elevatis, parallelis, percurrentibus, usque apicem fastigii ductis. Fastigium planiusculum, horizontale, trigonum, apice anguste fissum. Frons parum reclinata a latere visa ad ocellum valde sinuata. Costa frontalis inter antennas compressa, anguste sulcata et producta, ante ocellum sensim et valde ampliata. Antennae inter oculos sitae, ensiformes. Oculi oblique positi, superne obtuse acuminati. Pronoti dorsum carinis duabus subparallelis, valde elevatis a sulco typico ante medium dorsi tantum interruptis; antice truncatum, postice fortiter acuteque productum, utrinque inter dorso et lateribus ruga callosa atque sinuosa instructum. Elytra çf 9 perfecte explicata, lata, apice anguste rotundata. Alae explicates, fusco-nigras. Prosternum tuberculo euneiformi, ab antico posticoque compresso, trans- verso, apice sinuato armatum. Lamina sternalis antice angustata, marginata, lobis mesosternalibus intus oblique subtransversis, ad marginem lateralem mesosterni ductis, margine postico igitur nullo instructis; metasternalibus late distantibus. Pedes levigati, graciles. Femora postica gracilia, carinis haud dilatatis; area externo-media regulariter pinnata. Tibia? postiae extus 10, intus praeter spinam apicalem spinis g armatae. Lamina supraanalis çf medio sulcata. ••

Type : Cephalacris miraculum, Karsch.

Distribution géographique des espèces. Sud de l'Afrique.

1. C. miraculum, Karsch, Stett. Ent. Zeit. p. 273, f. 12 (1S96) {Charilaus). Transvaal.

2. C. curvicollis, Karny, Denkschr. Med. Natur w. Ges. Jena, Vol. 16, p. 58 Sud-Ouest de l'Afrique.

pi. n, fig. 0-10(1910) {Charilaus).

2. Genus CHARILAUS, Stàl

Charilaus. Stâl, Bih. Svenska Vet.-Akad. Handl. Vol. 3 (14), p. 26 (iSjS); Œfv. Vet.-Akad. Forh. Vol. 33 (3), p. 34 (1S76); Bolivar, An. Soc. Esp. Hist. Nat. Vol, i3. pp. 26. 487, 49S (1884); Saussure, Abhandl. Senckenb. Ges. Frankfurt, Vol. 21. p. 653 (1889).

Caractères. « Caput crassum, magnum, exsertum. Vertex convexus usque apicem carinis duabus, parallelis percurrentibus. Fastigium planiusculum, horizontale, antice anguste fissum. Frons reclinata, a latere visa subsinuata, vel recta. Costa frontalis inter antennas angusta, compressiuscula ante ocellum epistomatem versus sensim ampliata. Oculi elongato-ovati, oblique positi, superne obtuse acuminati. Antennas anguste triquetrœ vel subfiliformes. Pronotum transverse subcylindricum, dorso carinis duabus elevatis a sulco typico tantum interruptis; antice truncatum postice in mare in processum retrorsum productum usque apicem bicarinatum, in femina truncatum vel excisum ; lateribus carina sinuosa percunente. Elytra alasque in mare explicata, in femina elytra abbreviata, lateralia, apicem segmenti primi abdominali haud superantia. Ahu nulla;. Prosternum tuberculo ab antico posticoque compresso, transverse quadrato, apice sinuato. Lamina sternalis antice marginata. Lobi mesoster- nales 9 triangulares interse remoti. Pedes breves. Femora postica angusta. externe regulariter pinnata, carinis haud dilatatis. Tibias posttcae spinis extus 10, intus 9 piaster spinam apicalem armatas. »

Type : Charilaus cariuatus, Stâl.

S ORTHOPTERA

Distribution géographique des espèces. Sud de l'Afrique. i. C. cariiiatus, Stkl, Bih. SvenskaVet.-Akad. Handl. Vol. 3 (14), p. 26(1875); Damai a.

Œfv. Vet.-Akad. Förh. Vol. 33 (3), p. 34 (1S76); Bolivar, An.

Soc. Esp. Hist. Nat. Vol. r3, p. 487, 488, pi. 4, ff. 3o, 3oa (1884). 2. C. Brunneri, Saussure, Abhandl. Senckenb. Ges. Frankfurt, Vol. 21 , Sud de l'Afrique.

p. 654, P1- 38> f- 49 (lS99)-

3. Genus PAMPHAGODES, Bolivar

Pamphagodes. Bolivar, An. Soc. Esp. Hist. Nat. Vol. 7, p. 429 (1878) ; ibidem, Vol. i3, pp. 26, 4S9, 498 (1884); Trab. Mus. Cienc. Nat. Madrid, n. 6. p. 8 (1912).

Caractères. « Caput crassum, magnum, a latere visum rectangulatum. Fions parum obliqua, non sinuata, carina angusta levissime sulcata, prope apicem subito ampliata. Oculi geharum parte infraoculari longiores. Antennae inter oculos insertae, filiformes, vix depressa?. Occiput tricari- natum, fastigio brevi, subdeclivi. Pronotum Ç antice truncatum, postice late subexcisum, medio bicari- natum, carinis lateralibus antice inflexis; lobi laterales angulo postico obtuso. Presternum tuberculo cuneiformi, elongato, apice profunde emarginato instiuctum; lamina sternalis antice marginata; lobi mesosternales transversi, intus rotundati ; metasternales vix remoti. Elytra 9 brevia, lateralia. Pedes breves, femora incrassata; postica lata, externe regulariter pinnata, tibiae femoribus breviores, carinis rotundatis, supra spina apicali externa valida. Abdomen dorso tricarinato, valvula? sinuata?, inferiores dente externo armatae. »

Type : Pamphagodes riffensis, Bolivar.

Distribution géographique de l'espèce. Une espèce provenant du Rif (Maroc).

1. P. riffensis, Bolivar, An. Soc. Esp. Hist. Nat., Vol. 7, p. 430, pi. 5, Melilla (Rif). ff. 1, la-t (1878); Vol. i3, pp. 481, 498, pi. 4, f. 3i (1884).

2. SECTIO SCHINZI/E

Caractères. Taille mineure, corps grêle, rugueux, orné de lignes blanches et noires. Tête verticale avec le vortex fortement saillant en avant des yeux et le front fortement sinué. Côte frontale étroite, bicarénée, assez comprimée entre les antennes. Tempes lancéolées, ouvertes en arrière sur le crâne, comprimées et lobées près des yeux. Antennes ensiformes. Yeux plus ou moins obliques. Pro- tnoum cylindrique supérieurement, faiblement caréné en dessus et orné de protubérances crénelées, parcouru par le sillon typique ; les autres ne se signalent que sur les côtés; lobes latéraux allongés, plus longs que hauts et sinués inférieurement dans leur moitié antérieure. Organes du vol fort variables, parfois le mâle étant ailé: mais en général ils sont, de même que les femelles, pourvus seulement d'élvtres très courts et latéraux. Les pattes sont courtes et grêles et les fémurs postérieurs dilatés, leurs carènes étant ornées de petits granules; la carène dorsale est pointue à son extrémité, les lobes génicu- laires sont triangulaires. Les jambes postérieures sont grêles, cylindriques et armées à peu près de dix épines sur chacun des bords supérieurs. Le prosternum est pourvu d'une élévation arrondie postérieu- rement. L'abdomen est légèrement caréné.

Renferme un nombre très réduit d'espèces provenant de l'Afrique méridionale.

l'AM. ACRIDIIDjE

TABLEAU DES GENRES

i. Tibiae posticae spina apicali marginis extend destitutae. Pronoium postice seusim supra mesonotum production, angulato spinulosum. Sexus dissimiles, mares alati, feminac subapterae I. Genus Schinzia, Saussure.

1. Tibiae posticae in utroque latere spina apicali instruclae, externa tarnen

minuta. Pronoium postice truncation, Sexus consimiles (?) subapieri

vel apteri.

2. Oculi subhori:ontaliter in processu capitis siti. Capitis processus lougis-

simus; frons a latere visa projundt'ssime sinuata. Antennae late

depressae, articulis triaugularibus compositae, lateribus serratae . 2. Genus Geloiomimus, Saussure. 2. Oculi subverticales in cranio exserti. Capitis processus brevis, jrons a latere partim profunde incisa. Antennae articuhs quadrangula- ribus compositae, lateribus hand serratae 3. Genus Thrincotropis, Saussure.

I. Genus SCHINZIA, Saussure

Schinzia. Saussaie, Abhandl. Senckenb. Ges. Frankfurt, Vol. 21, p. 64S (189g).

Caractères. - Statura minor. Corpus gracile subcylindricum rugosissimun, terrosum, lineis albidis et nigris ornatum. Caput perpendiculare, vertice in processum horizontalem productum. Costa frontalis angusta bicarinulata a latere angulatim-invisa superne lamellari compressa. Tempora lanceolata, retroaperta, eorum carinas internas posterius in cranio perductas ad oculos compressa; et lobulatae. Oculi elliptici, obliqui, utrinque partim in cranio partim in processu exeiti. Antennas late ensiformes. Pronotum supra teres subtiliter carinatum in dorso prozonœ et metazonas dente perpendiculari spinuloso instructae, sulco tvpico supra percurrente : margine postico angulato producto. Prosternum tuberculo antice dentés duobus lamellares crenatos efficiens. Elytra çf explicata, elongata, angustissima, seminembranacea ; 9 squamiformia, lateralia. Alas q* hyalinae, angustas; 9 rmllae? Pedes postici longi gracillimi; femora postica carinulis remote granosis instructa; carinula dorsali apice in dentem supra geniculatem producta ; lobis genicularibus trigonalibus. Tibiae posticae gracillimas, teretes, spina apicali externa nulla. Abdomen leviter carinatum, segmento primo apice dente erecto armato. Lamina infragenitalis çf elongata, conica, truncata. »

Type : Schinzia korrida, Saussure.

Distribution géographique de l'espèce. Une seule espèce provenant de l'Afrique du Sud. 1. .S', korrida, Saussure. Abhandl. Senckenb. Ges. Frankfurt, Vol. 21, Angra Pequena. p. 649, pi. 38, ff. 3g, 40 (1899).

2. Genus GELOIOMIMUS, Saussure

Geloiomimus. Saussure, Abhandl. Senckenb. Ges. Frankfurt, Vol. 21, p. 049 (1899).

Caractères. « Corpus apterum (?) subbacilare, gracillimum, in longitudinem carinulatum. Caput perpendiculare a latere profundissime sinuatum. ejus processus itaque longissimus, magna parte a cranio formatus ; oculi hoc propter in ipso processu exserti. Verticis rostrum longiusculum apice rotundatum, Tempora elongata angusta lanceolata, ad apicem rostri perducta, eorum carinœ interna

lo ORTHOPTERA

parallelae. Carinas laterales pauci rectre subparallelae. Antennae latse, depress» supra plana;, subtus carinatas serratas ab oculis paulum remotae. articulis 8 compositae ; articulo tertio maximo segmentibus basi coarctatis angulis prominulis gracili. Pronotum supra teres subtiliter carinulatum postice truncatum, cannula dorsali tuberculata ; lobi laterales longiores quam altiores angulis fere rectis. Elytra nulla (vel minima squamiformia ?). Pedes antici et inteimedii brevissimi, postici elongati ; femora postica area externomedia pinnata, carina tuberculis minuti praedita, cannula dorsali apice in den te m supragenicularem producta. Tibiae postiere utrinque spinis g-io et spina spicali instruct«. Prosternum tuberculo parum convexo granulato, margine antico truncate reflexo. Abdomen supra carinulatum haud senatum. Lamina supraanalis lanceolata sulcata, apice rotundata. ••

Type : Geloiomimus uasicus, Saussure.

Distribution géographique de l'espèce. Une seule espèce provenant de l'Orange River. i. G. nasicus, Saussure, Abhandl. Senckenb. Ges. Frankfurt, Vol. 21, Orange River,

p. 65i, pi. 38, ff. 41, 42 (1899).

3. Genus THRINCOTROPIS, Saussure

Thrincotropis. Saussure, Abhandl. Senckenb. Ges. Frankfurt, Vol. 21, p. 649 (1899).

Caractères. « Corpus gracile, subcylindricum, rugosissimum, lineis albidis et nigris orna- tum. Caput perpendiculare a latere obtusangulatim excisum; processu apice latere meiso. Yerticis rostrum kitiusculum subexcavatum haud carinatum, apice trigonali-rotundatum, subincisum, arinis lateralibus retro subconvergentibus ; marginibus ad apicem temporum angulatis vel fere dentatis. Tempora lateralia, angustissima. Pars inferior lamellaris processus inter antennas sulcata. Antennae ensiformes. Pronotum sat breve, crasse costatum, supra teres, medio tuberculatum et utrinque fortius costatum, postice sinuato-truncatum. Lobi laterales longiores quam altiores, margine postico haud sinuato. Elytra feminse lateralia, squamiformia, minima vel nulla. Pedes breviusculi. Femora postica rugosissima, eorum carinulae sat nigra tuberculata, superiores tenuiter denticulatre; carinula dorsali apice in dentem supra genicularem producta. Tibia? postiere spinis utrinque 9 sat validis armatre, spinis apicalibus intus extusque instructae; calcaria supero-interna longiuscula. Prosterni tumor subcompressus granosus, apice rectangulus. Lobi mesosternales quadrati, angulo minute rotundato. Abdomen valde costatum ac supra 3-carinatum, carina dorsali serrata, angulis apicalibus productis. »

Type : Thrincotropis coffra, Saussure.

Distribution géographique de l'espèce. Une seule espèce provenant du Xatal. 1. T. coffra, Saussure, Abhandl. Senckenb. Ges. Frankfurt, Vol. 21 , p. 652, Natal, pi 38, ff. 43-48 (1S99).

3. SECTIO ADEPHAGI

Caractères. Corps grêle, comprimé. Tête verticale, avec le vertex et la partie haute du front saillants obliquement en avant des yeux en processus plus avancé que le reste du front, dont la côte fron- tale est fortement sinuée au niveau de l'ocelle moyenne et fortement comprimée entre les antennes, mais cependant sillonnée, de même que dans le reste de sa longueur. Carènes latérales du front doubles, se dirigeant de la partie inférieure des yeux aux angles de la bouche, la carène intérieure ne se prolonge

FAIM. ACRIDIID^E n

pas au delà de la moitié du front, convergeant dans ce point vers la carène extérieure: il y a en outre une autre carène du coté extérieur. Ecusson du vertex très oblique, profondément fendu en avant. Antennes subfiliformes, mais déprimées, amincies graduellement vers le bout. Pronotum avancé en avant sur la tête, en angle aigu, et prolongé fortement en arrière en processus acutangle, quoique émoussé à l'apex avec le sillon typique placé presque en avant du milieu, entamant fortement la crête dorsale qui est aiguë et élevée, notamment dans sa partie prozonale. Les lobes latéraux sont plus hauts que longs.

Organes du vol également développés dans les deux sexes. Elytres étroits avec les bords presque parallèles, les veines scapulaires et radiales droites, le champ médiastin et le scapulaire non déformés, étroits. Ailes aussi longues que les élytres. Pattes grêles, les intermédiaires notablement plus longues que les antérieures. Fémurs postérieurs comprimés avec une partie grêle apicale assez longue ; les deux carènes, supérieure et inférieure, très peu dilatées et ondu'ées, la supérieure étant irrégulièrement senulée. Prosternum pourvu d'une tuméfaction convexe qui se termine en une épine. Jambes posté- rieures allongées, grêles, sillonnées du côté extérieur et pourvues de chaque côté supérieur de neuf épines, y compris l'épine apicale.

Un seul genre du Sud de l'Afrique.

I. Genus ADEPHAGUS, Saussure

Adephagus. Saussure, Spic. Ent. Genav. Vol. 2, p. 18, 23 (1S87).

Caractères. ■< Corpus compressiusculum, elongatum. Caput rugosum. Verticis scutellum planulum angustum déclive antice fissum cum costa faciali continuum. Hsec sulcata, marginibus subparallelis, a latere visa ante occllum fortiter sinuata. Carinas laterales laciei superne explicate ad medium extrorsum curvatfe et cum carina infra oculari conjunctie. Antenna? filiformes deplanatae articulis 16-17 composite. Oculi breviter ovati , prominuli. Pronotum superne cristatum, crista compressa per sulcum typicum fortiter angulatim excisa; parte prozonali medio subincisa, retro acute dentiformi; crista metazona crenata. Metazona supra elytra producta. Lobi laterales longioribus quam altioribus angulis rotundatis, margine inferiore medio sinuato. Elytra çf Ç perfecte explicata, apicem femorum posticorum superantia, campo marginali angusto, haud dilatato; vena mediastina subrecta. Alae fere eeque longse. Pedes graciles, pilis sparsis. Femora postica valde rugosa area externomedia pinnata, reticulato-carinulata, marginibus paru m dilatatis supero remote et irrégularité! serrulata, in dimidia parte apicali sinuata Tibia' postica graciles, spina apicali instructs. Prosternum mucrone alto a margine antico agnato acuto. »

Type : Adephagus cristatus, Burmeister.

Distribution géographique de l'espèce. Une seule espèce provenant du Sud de l'Afrique. i.A. cristatus, Burmeister. Handb. Fut. Vol. 2, p. 618, n. 6 (i838) (Painphagus Sud de l'Afrique.

cristatus).

A. cristatus, Saussure, Spic. Ent. Genav. Vol. 2, p. 23. n. 1. pi. 3, f. 22 (18S7 .

4. SECTIO AKICER/E

Caractères. Les insectes qui forment cette division ont le 1 orps grêle, peu comprimé et peu élevé, avec la tête carénée en dessus, le vertex projeté anguleusement en avant, et le front sinué au niveau de l'ocelle médiane. La côte frontale est sillonnée et comprimée supérieurement entre les

12 ORTHOPTERA

antennes. Celles-ci sont déprimées, prismatiques et ensiformes, composées d'un ensiculus, une partie intermédiaire et un flagellum dont les articles sont presque moniliformes. Le pronotum est rugueux et sa crête dorsale, sillonnée dans toute sa longueur, est coupée profondément près du milieu par le sillon transverse postérieur; la crête est lobée dans la prozone; latéralement, le pronotum offre des carènes latérales longitudinales; le bord postérieur en angle obtus est saillant au milieu. Le tubercule du prosternum est arrondi ou cubique avec la marge antérieure presque droite. Les élytres sont bien développés dans le mâle avec la veine médiastine droite; dans la femelle, les élytres sont latéraux et rudimentaires. Le fémur postérieur est comprimé avec les bords peu dilatés et crénelés. L'abdomen est épineux en dessous et le second segment offre de chaque coté un écusson corné quelque peu brillant, plus large dans la femelle.

I. Genus AKICERA, Serville

Akicera. Serville, Ann. Sc. Nat. Vol. 22, p. 268 (i83i); Ins. Orth. p. 6o3 (1839).

Aclcera. Burmeister, Handb. Ent. Vol. 2, p. 616 (i838).

Acocera. Saussure, Spic. Ent. Genav. Vol. 2, p. 18, 24 (1887).

Parmilis. Stâl, Rec. Orth. Vol. 1, p. 21; CEfv. Vet.-Akad. Förh. Vol. 33 (3), p. 35 (1S76).

Caractères. ■• Corpus parum compressum, elongatum, gracile. Caput carinulatum. Verticis scutellum horizontaliter et acute productum, frons a latere visa superne m processum producta, lamellari-compressa. Antennas late ensiformes, depresso-prismaticas ; flagellum 5-6 articulatum, articulis moniliforrnibus, irregularibus. Pronotum rugosum, cristatum, crista parum elevata, in longitudinem sulcata, a sulco typico profunde interrupta, per sulcum intermedium et anticum intersecta, sublobata. Metazona prozonas subaaquilonga , planata, canthis lateralibus cariniformibus , margine postico obtusangulo in medio producto. Elytra in çf explicata parallela, angusta parum dense reticulata, campo marginali valde angusto, vena media, libera indivisa ; 9 rudimentaria, lateralia sat angusta retrorsum subampliata, segmento primo abdominali haud superantia. Pedes graciles. Femora postica compressa, marginibus parum dilatatis, crenulatis; area externomedia rhomboidaliter subareolata. Tibiae postica; pubescentes extus spinis decern armatas. Prosternum struma cuboidea, rotundata, margine antico subrecto. Abdomen superne carinatum segmentis singulis medio in dentem productis. »

Type : Akicera fusca, Thunberg.

Distribution géographique de l'espèce Afrique méridionale. 1. A. fusca, Thunberg, Mém. Acad. Se. St-Pétersb. Vol. 5, p. 261 (i8l5) Sud de l'Afrique. (Pamphagus fusais).

5. SECTIO PORTHETIS

Caractères. Taule grande. Corps lourd, raboteux ou granuleux, très rarement lisse. Tête verticale avec le vertex et la partie supérieure du front plus ou moins saillante en avant des yeux et le front sinué en avant de l'ocelle médian ou lisse. Côte frontale comprimée entre les antennes et dépri- mée dans le reste jusqu'à l'épistome, mais sillonnée dans toute sa longueur. Antennes variables, tantôt fortement ensiformes ou presque filiformes, ou bien légèrement triquètres.Yeux verticaux, placés hors du processus vartico-frontal. Pronotum tectifoime, à crête comprimée et continue, n'étant pas en général entamée par les sillons transverses qui se terminent souvent dans de petites lacunes ou fossettes de côté et d'autre de la crête, près de son sommet; rarement entamée par le sillon typique près de la moitié de

F AM. ACRIDIIDiE i3

sa longueur; il est prolongé en avant sur la tète, en angle aigu, de même qu'en arrière jusqu'au milieu du métanotum. Lobes latéraux en général trapézoïdaux et confondus avec le dos, rarement séparés par une faible carène flexueuse. Mâles plus ou moins ailés, parfois seulement pourvus d'élytres latéraux qui ne dépassent pas les premiers segments de l'abdomen. Femelles tout à fait aptères. Pattes fortes, fémurs postérieurs comprimés avec les carènes plus ou moins dilatées, serrulées ou spineuses. la carène dorsale géniculaire dentée; aire externo-médiaire réticulée par losanges ou irrégulièrement pectinée, les lobes géniculaires sont très larges, arrondis du côté inférieur, tronqués à leur extrémité et sinués du côté supérieur. Les jambes postérieures sont fortes et portent de chaque côté supérieur neuf à dix épines. Le prosternum est généralement denté, rarement arrondi postérieurement. Plusieurs genres de l'Afrique.

TABLEAU DES GENRES

1. Prosternum au/ice strumosum ; scrofula multituberculato, ante-

rius magis ehvato et lamellari producta ac inciso vel bidentato.

2. Mares complete alati vel elytris abbreviatis et ovatis in dorso

contiguis. Femilla aphra. Pronotum dorso utrinque oblique planiusculum, hand complete compression, scilicet humais plus miiiiisve explicalis, crista arcuata raro a sulco typico in ç$ medium vel parum pone medium inierrupta.

3. Elytra çf perfect e explicata; pronotum Ç post ice rectangulatum

raro acutum.

4. Carinae laterales verticis totae retrorsum sensim convergentes.

Pronotum linea callosa laterali albida nulla vel obsoleta : crista arcuata in prosona hand crenata, in metazoua minute crenata vel intégra. Elytra basi valde ampliata.

5. Verticis rostri marginibus lateralibus anterioribus ab oculis per

iucisuram nullam sejunctis ; carinae laterales verticis scutelli a latere visae ante oculos hand sinuatae. supra illos conlinuae . Abdomen lateraliter nee spinosum nee rugoso- tuberculatum. Femora postica marginibus serrulatis vel spinoso-serratis hand profunde lobatis. o. Statura majore. Pronotum sulco typico çf in dorso ante medium sito , in crista perpeudicularilcr ascend ens , metazoua quam prosona distincte longiora, intégra; sinu humerait distinclo ; in Q pronoto postice rectangulum vel subacu- tangulum, plerumque crista postice abrupte truncata vel subito descendais raro acuta 1. Genus Lamarckiana, Kirby.

6. Statura minore. Pronotum sulco typico rj1 in dorso pone

medium sito retrorsum spectante ; metazoua hreviore croso- denticulaia; sinu liumerali subnullo ; Q pronoto postice acutangulum et apicc plerumque bidentato. crista postice

sensim descendente 2. Genus Saussureana, Bolivar, nov. gen.

5. Verticis rostri marginibus lateralibus anterioribus angulaiis ab oculis per iucisuram sejunctis; carinae laterales verticis

i4 ORTHOPTERA

scutelli a latere visae ante oculos sinuatae supra illus dentalae. Abdomen Ç utrinque seriatim spicitlosum vel tuberculatum. Femora postica marginibus val de spinoso- lobalis 3. Genus Porthetis, Serville.

4. Carinas laterales verticis inter oculos parallelae vel subparal-

lelae, retrorsum convergentes ad oculos obtusangulatae.

Pronoii dorsum ulrinque linea subcallosa, flexuosa albida

insti ■tectum ; crista sinuata vel undata, posiice denticulata.

Elytra (-f minus lata, campo m.irginali hand insiguiter

ampliato 4. Genus Hoplolopha, Saussure.

3. Elytra Ç? abbreviata dimidium abdominis hand vel vix attin-

gentia raro explicata sed in hoc casu vertex valde dechvis.

Pronotum Q antice posticeque acute productuiu. 7. Verticis scutellum horizontalité)' proditctum 5. Genus Cultrixotus, Bolivar, nov. gen.

7. Verticis scutellum valde déclive ante oculos vix vel leviter pro-

ductum 6. Genus Stolliana, Bolivar, nov. gen.

2. Mares elylris rudimentariis angustis subspathulatis, latera-

libus. Femiuae apterae. Pronotum complete tectiformiler

compressitm ejus crista parum arcuata, posterius vix

descendais 7. Genus Bolivarella, Saussure.

1. Prosternum laeviusculum auterius mueront vel lamina erecla,

postice plus minusve compressa carinata. Sexus consimiles

ulrinque aptert? Antennae filiformes.

5. Corpus minus compressitm. Scutellum verticis déclive. Prostemi

tumore crasso, alto, antice lamellar i-planaio, postice paullo compressa vel carinulato. Abdomen compressiusculum, segments basalibus postice dente parva armatis , . . . 8. Genus Pagopedilum, Karsch.

8. Corpus maxime compression. Scutellum verticis valde déclive.

subverticale. Prosternum tumore antice lamellari, plano- concavo, postice p.iulo compressa vel apice laminato. Abdo- men compressitm ; segmentis duobus primis dorsalibus medio dente valida retrorsum producta 9. Genus Tropidauchex, Saussure.

I. Genus LAMARCKIANA, Kirby

Lamarckiana. Kirby (pars), Syn. Cat. Orth. Vol. 3, p. 343 (1910).

Xiphicera, pt. Lamarck, Anim. sans vertèbres, Vol. 4, p. 243 (1817); Kirby, Trans. Ent. Soc. Lond.

p. 90 (1902). Xyphioena. Latreille, Cuvier, Règne Anim. Vol. 5, p. 186 (1829). Xiphocera. Stal (nee Macquart), CEfv. Svenska Vet.-Akad. Förh. Vol. 33 (3), p. 35 (1876); Saussure,

Spic. Ent. Vol. 2, pp. 19, 27, 35 (1887); Jacobson & Bianchi, Prem. i Lozhn. Ross. Imp.

pp. 172, 199, 292 (1902). Pamphagus. Schaum, in Peters' Reise Mossambique, Zool. Vol. 5, pp. 140-142 (1862).

Caractères. « Corpus magnum, compressiusculum, granosum velrugosum. Caput verticale. Verticis scutellum horizontalité!- productum vel parum obliquum, plerumque in processum magnum

FA M. ACRIDITDjE i5

productum ; carinis lateralibus ad occipitem convergentibus ; marginibus processus ante oculos haud sinuatis ab oculis per incisuram haud sejunctis. Oculi verticales, elliptici. Costa frontalis sulcata, margini- bus ad verticem convergentibus, bilamellaris, infra ocellum constricta, inferne divergensibus. Facies a latere visa ad ocellum angulato incisa. Antennae ensiformes ab ensiculo, parte intermedia et flagello distincte composite, i5-i8 articulatœ. Pronotum superne utrinque oblique planiusculum, haud complete compres- sum, medio elevato-cristatum, crista arcuata vel medio angulata, posterius descendente, acuta, superne haud sulcata et in parte prozonali haud crenata, in parte metazonali saepe denticulata vel erosa ; sulcis transversis tribus in cristas lateribus impressis, plerumque in foveas terminatis costam haud secantibus, vel sulco typico perpendiculari vel retro obliquo raro crista interrupente versus medium pronoti sito. Elytra in mare perfecte explicata corpore longiora ; campus marginalis dilatatus, margine anteriore arcuato, vena mediastina retroarcuata in ramos numerosissimos contiguos divisa, hi rami subcostati stridulatori, basi aream opacam efficientes, apice divergentes, in aream membranaceam (tympani instar) ad margi- nem excurrentes. Alae elongatae, ad apicem elytrorum extensae. infumatse. Feminas apterae. Prosternum ad marginem anticum in processum productum, apice incisum, postice obliquum, granosum. Lobi meso- sternales sab pudrati, angulo interno rotundato, retrorsum parum divergentes. Femora postica margi- nibus lateralibus serratis vel spinosis baud profunde lobatis. Abdominis segmento primo tympano instructo; segmenta superne in dentem minutum vel in angulum excurrentia, lateribus laeviuscula, •>

Type : hamarchiana ciicitllata, Stoll.

Distribution géographique des espèces. Le Sud et l'Est de l'Afrique, i. L. cncullata, Stoll, Spectres, Saut. p. 40, pi. 22b, f. 86 ( 1 S 1 3) (Gryllus Sud de l'Afrique. Locusta).

Pampliagus canescms, Thunberg, Hem Max. Cap. p. 5 (1S22).

Akicera cariuata, Serville (nee Linnaeus), Hist. Nat. Orth p. So5 (iS3g).

2. L. areiwsa, Stal, QEfv. Vet.-Akad. Förh.(3),Vol. 3 3, p. 37(1876) (Xiphicera) . Damara.

3. L. punctosa, Walker, Cat. Derm. Salt. Brit. Mus. Vol, 3, p. 532 (1870) Est africain.

(Akicera).

4. L. Sparrmani, Stâl, CEfv. Svenska Vet.-Akad. Förh.Vol. 25 (3), p. 37 Damara.

(1S76) (Xifihocera).

5. L. spectrum, Saussure, Spic. Ent. Genav. Vol. 2, p. 3i, 41 (1887). Angola.

6. L. Brunneriana, Saussure, ibidem, p. 3i, 43, pi. 2,